Amis du Jardinier de Dieu

Bienheureux les pauvres ...

Publié le 30 Janvier 2011 par LTD in Questions sur la foi : Réponse par Thuy Diep

bienheureux.jpgQuoi de plus contradictoire que la Constitution du Royaume des Cieux, les Béatitudes? Et pourtant de nombreuses personnes y adhèrent. Certains les croient folles, comme celui qui l'a proclamée, Jésus, a été traité de dément par ses proches. Cependant, ce qui est folie aux yeux des hommes est sagesse aux yeux de Dieu et vice versa, dira Saint Paul. Et Jésus lui-même dit: "Que celui qui a des oreilles, qu'il entende!" (Mt 13:9) Entendre qui? Entendre le Saint Esprit qui est dans son cœur. C'est pourquoi on a beau lire et relire la Bible uniquement avec notre intelligence d'humain, aussi développée soit-elle, ce livre saint restera toujours un scandale pour nous!

En effet, nous les humains, nous avons nos critères, humains, pour décider ce qui est bien et ce qui fait notre bonheur. Seul celui qui se met à l'école du Saint Esprit est initié aux normes divines pour comprendre les paroles apparemment insensées des Béatitudes, qui présentent des conditions de bonheur tout à fait opposées à celles généralement reconnues. Tout est une question de foi. Si on fait confiance à Dieu, l'expérience vécue confirmera ces béatitudes. Si on n'a pas foi en Dieu et qu'il nous arrive l'une des réalités mentionnées, on rejettera Dieu davantage. Ainsi, "celui qui a, on lui donnera du surplus, mais celui qui n'a pas, même ce qu'il a lui sera enlevé" (Mt 13:12).

Bien sûr, en affirmant "Bienheureux les pauvres…", Jésus n'encourage pas la pauvreté. Ne voit-on pas que ceux qui aiment vraiment Dieu ont toujours le souci de combattre la misère humaine sous toutes ses formes? C'est l'attitude que peut avoir un pauvre n'ayant rien sur quoi se fier et se tournant vers Dieu qui est vue comme bienheureuse, car Dieu seul peut combler toutes ses faims. Un pauvre qui se lamente de son sort et qui ne fait pas confiance en Dieu reste toujours malheureux, car Dieu ne peut pas faire sortir du gouffre quelqu'un qui ne lui donne pas sa main. Tout comme le riche, qui se fie sur ses richesses (fortune, pouvoir, talents, etc.), se suffit à lui-même et n'éprouve aucun besoin de Dieu. Les pauvres proclamés bienheureux sont donc ceux qui ne s'accrochent à rien ici-bas mais qui attendent tout de Dieu, ils auront alors le Royaume des Cieux.

Commenter cet article

ltd 31/01/2011 22:11



Merci bien Johan d'avoir lu mon texte et d'avoir réagi. Tout d'abord, vous dites à Dieu que vous voulez être
heureux. Lui, notre Père, donc votre Père (permettez-moi de souligner ainsi car je le pense vraiment et ne peux continuer à argumenter qu'avec cette conviction), veut que vous soyez heureux plus
que vous le voulez, non? Si vous avez un enfant, vous le comprendrez bien. Mais le bonheur que vous voulez n'est pas nécessairement celui que Dieu veut pour vous, car Lui, veut pour ses enfants
le vrai bonheur, le bonheur absolu et éternel, alors que nos désirs sont limités à un bonheur que nous imaginons selon nos vues humaines. Quand on connaît le vrai bonheur (dont les béatitudes
définissent les conditions), je pense qu'on est heureux même quand on "travaille comme un fou pour gagner trois sous". Deuxièmement, vous dites:"je ne sais pas s'il m'entend et s'il
m'écoute", ça veut dire que vous demandez à Dieu sans avoir confiance en Lui, dans ce cas, Il vous entend bien sûr mais ne peut rien faire pour vous. Jésus dit souvent à ceux pour qui il fait un
miracle: "C'est ta foi qui t'a sauvé". On dit qu'il
est impossible de sauver quelqu'un qui se noie et qui ne fait pas confiance. Je pense que tendre la main à Dieu c'est justement Lui faire totalement confiance, car Il nous respecte et ne peut pas
forcer notre liberté. Vous pouvez me dire qu'un Père qui aime vraiment son enfant doit le sauver d'un danger que celui-ci le veuille ou non. C'est encore une réflexion humaine car si Dieu
agissait ainsi, c'est comme si les trois personnes divines s'ennuyaient et avaient créé un jeu de dames dont les humains étaient des pions qu'elles manipulaient à leur guise. Tout est donc une
question de foi, demandons à Dieu de nous donner la foi en premier lieu et les promesses de bonheur (du genre: Bienheureux les pauvres…) deviendront des réalités pour nous, qui, dès
lors, ne les considérerons plus comme insensées. Il reste peut-être cette question: comme la condition pour qu'une demande à Dieu soit exaucée est la foi, comment faire si on ne l'a pas?
Justement, c'est là qu'on voit que l'Église est importante, on peut demander à ceux qui ont déjà cette foi en Dieu de le faire pour nous, car cela est possible grâce à la communion des saints en
Église. Pour ma part, je le fais déjà pour vous, Johan, ainsi que pour tous ceux qui me lisent.



rosy 31/01/2011 21:11



johan, si vous prenez quelques minutes, chaque jour, pour lui dire de vos souffrances comme vos joies ... , je crois qu' il vous répondra. faites le. bonne soirée.



johan 31/01/2011 10:22



comment peut-on tendre la main à Dieu ? travailler comme un fou pour gagner trois sous. lire et relire votre texte, je dis à dieu que je veux être heureux et je ne sais pas s'il m'entend et s'il
m'écoute.