Amis du Jardinier de Dieu

Les orphelins de Port-au-Prince

Publié le 18 Novembre 2011 par Anne G. in Pensée du jour

  • Les enfants souffrants, abandonnés ...
  • Les bébés mourants, réduits à l’état squelettique, chacun dans un petit lit à barreaux, dans des chambres d’au moins 30 lits, avec un regard implorant ou plus de regard du tout, vidé de substance à l’image de leur corps décharnés,
  • Les petites mains qui s’agrippent aux mains de celui qui se penche sur le lit, faisant preuve soudainement d’une force insoupçonnée, les plus valides tentant de se lever en s’accrochant aux barreaux,orphelin
  • Les petits cercueils à l’arrière d’une camionnette, en attente du dernier voyage vers le terrain que les religieuses ont acheté pour en faire une fosse commune,
  • La mémoire de David, mort du sida à l’âge de neuf ans dans les bras des religieuses et entouré des enfants de l’orphelinat,
  • La femme qui arrive au dispensaire, enceinte, avec une petite fille dénutrie et un bébé malade, qui s’est fait faire le troisième pour conserver le père et nourrir les deux autres,
  • L’enfant qui, allongé de tout son long sur le sol en ciment, lèche le lait qu’un autre a fait tomber, et celui qui pleure et qu’on n’entend pas à cause du bruit que fait la joyeuse troupe d’orphelins plein de vie,
  • La grappe d’enfants qui crient « visiteur, visiteur ! » pour demander des bonbons à notre passage, derrière les barreaux qui les parquent à leur étage,
  • Le garçon qui demande s’il peut venir avec moi dans l’avion, et celui qui pousse des cris stridents lorsque je quitte sa chambre après lui avoir fait avaler un bol de bouillie nutritive,
  • Le bébé avec un goitre et celui avec des pieds bots, tous deux dans les bras de jeunes femmes haïtiennes placides et souriantes,
  • Thérèse, douze ans environ, qui a vu partir ses copines et qui n’a pas été adoptée,
  • Mirlande, laissée au dispensaire par sa mère qui n’a pas osé revenir parce qu’elle avait volé la montre d’un membre du personnel,
  • Marie-Anne, déposée à l’aube devant la porte du dispensaire, pour que les religieuses la trouvent, le jour même où, en France, ses parents adoptifs décident de commencer les procédures d’adoption d’un troisième enfant après avoir longuement hésité,
  • Jean-Baptiste, dont l’autisme a été découvert plusieurs années après son arrivée en France,
  • Samuel, qui après avoir été abandonné dans son sommeil, ne peut pas dormir normalement,
  • Benjamin et Maylis, dont le père adoptif est décédé d’un arrêt cardiaque six mois après l’arrivée de Maylis dans sa famille adoptive,
  • Franck, grand gaillard de quinze ans maintenant, accueilli par une famille à l’âge de sept ans, séropositif et porteur du virus de l’hépatite B, et Bénédicte, qui, trois ans après l’arrivée dans sa famille et après un lourd traitement, elle, se débarrasse du virus de l’hépatite B,
  • Onès, opéré d’une affection cardiaque à son arrivée en France et sorti d’affaire depuis,
  • Damien, adopté à 13 ans, et qui à l’âge de 17 ans prépare un CAP de cuisinier.               Ce sont les enfants de l'orphelinat de Port-au-Prince, tenu par les religieuses Missionnaires de la Charité.    A suivre

Anne G.

Commenter cet article

maria 24/11/2011 10:17


J'ai compris que vous avez adopté les enfants. Une chose que je voudrais vous dire qu'il faur prier beaucoup. L'adoption est très belle. Mais la vie de tous les jours est très dure. Bonne chance
à vous !

frédérique 23/11/2011 21:20


très touchant !