Amis du Jardinier de Dieu

Laissons-nous aimer par le coeur de Jésus

Publié le 5 Juin 2016 par Martine de L. in Coeur de Jésus

Au 17ème siècle Jésus apparait à Marguerite Marie Alacoque à Paray-le-Monial en France. Il lui dit : "Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes " (Apparition de Juin 1675). Il s'agit d'annoncer la miséricorde de Dieu. Elle sera béatifiée en 1864 puis canonisée par le Pape Benoit XV en 1920.

En 1925 Jésus apparait à Marie Faustine Kowalska à Cracovie-Lagiewniki en Pologne. Il lui dit : "Aujourd'hui, je t'envoie vers toute l'humanité avec ma miséricorde. Je ne veux pas punir l'humanité endolorie, mais je désire la guérir en l'étreignant sur mon cœur miséricordieux" (P.J. 1588). Il lui montrera son Coeur et lui dira : "L’humanité n’aura de paix que lorsqu’elle s’adressera avec confiance à la Divine Miséricorde". [...] A travers le coeur du  Christ crucifié, la miséricorde divine atteint les hommes : "Ma Fille, dis que je suis l’Amour et la Miséricorde en personne". Elle sera béatifiée en 1993 par Jean Paul II qui ensuite la canonisera en 2000. Par son intermédiaire, le Seigneur Jésus transmet au monde entier Son grand message de la Miséricorde Divine et montre un modèle de perfection chrétienne fondée sur la confiance en Dieu et sur une attitude miséricordieuse envers le prochain.

Etonnante cette insistance du Fils de Dieu ? Mais en fait, l'histoire a commencé bien avant : il y a 2000 ans sur le Golgotha. Ce jour-là, Jésus, après avoir été torturé, et cloué sur une croix en bois, meurt. Il a donné sa vie pour nous tous. Mais il ne s'arrête pas là : son coeur est ensuite transpercé par la lance d'un soldat qui vérifie s'il est bien mort. Et il s'écoule du sang et de l'eau ( Evangile selon St Jean 19,31-34). Les experts médicaux d'aujourd'hui expliquent que l'organe cardiaque est la seule partie du torse qui puisse laisser écouler avec abondance du sang mais aussi de la lymphe que l'évangéliste a cru être de l'eau. C'est donc bien le coeur lui même de Jésus qui a été transpercé. Etre mort n'était pas suffisant pour Jésus. Il se donna encore plus à nous à travers l'ouverture, le transpercement, de son coeur. Déjà, avant sa mort, il avait dit à ses disciples : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous donnerai le repos. Prenez sur vous mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de Coeur, et vous trouverez le repos pour vos âmes. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau léger » (Mt 11,28-31). Comment s'étonner alors qu'au cours de l'histoire Il soit venu plusieurs fois nous rappeler que son Coeur nous est offert.

Aujourd'hui le Pape François nous dit à propos de l'année Sainte de la Miséricorde : "Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père. Le mystère de la foi chrétienne est là tout entier. Devenue vivante et visible, elle atteint son sommet en Jésus de Nazareth. Le Père, « riche en miséricorde » (Ep 2, 4) après avoir révélé son nom à Moïse comme « Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité » (Ex 34, 6) n’a pas cessé de faire connaître sa nature divine de différentes manières et en de nombreux moments." (Bulle d'indiction du jubilé extraordinaire de la Miséricorde - 1)

Alors, aujourd'hui, qu'est-ce que c'est exactement  "le Coeur de Jésus" ? Que faut-il comprendre ? Peu importe la question du vocabulaire : Coeur de Jésus, Sacré Coeur, n'oublions pas que l'être humain a besoin de visuel et de symbole. Il y a 2000 ans le Fils de Dieu, la deuxième personne de la Trinité, s'est incarné. Il a pris notre condition d'homme. Il a été réellement homme. Il avait donc un coeur comme chaque être humain, à la fois centre vital de sa personne mais aussi lieu symbolique de son affect, de ses sentiments, de son amour. Etant pleinement homme, il était aussi pleinement Dieu. Ce Dieu qui nous a créés, qui n'a cessé d'être attentif à l'humanité, qui est venu vers nous, qui est allé jusqu'à la crucifixion. Les apparitions de Paray-le-Monial et de Lagiewniki, ainsi qu'une abondante littérature théologique, nous montrent à quel point la spiritualité du Coeur de Jésus est fondée sur l'amour, la miséricorde et la confiance. Comprenons-nous bien cela ? Jésus nous offre son amour et sa miséricorde, il nous partage sa confiance.

Comment ne pas adhérer ? Adhérer dans un élan du coeur qui nous fera dépasser notre peur, notre résistance, notre incompréhension. Il est normal de ne pas tout comprendre et d'avoir peur, mais pourquoi ne pas essayer. Le coeur de l'homme n'est-il pas le centre de ce qui donne à la vie sa valeur et par lequel passe notre accession au bonheur ? C'est dans le coeur que l'on trouve la paix, la joie, la sécurité, l'espérance. Mais si nous restons seul avec nous même dans cette quête nous ne trouverons pas le bon chemin et nous nous épuiserons. Jésus est là, à notre disposition. Il nous ouvre son coeur. Il nous propose un échange d'amour entre lui et nous, entre lui et moi, un chemin de vie et de liberté. N'est-ce pas une alternative à saisir face à notre monde et notre vie quotidienne emplis de dureté et d'injustice ? Sommes-nous vraiment seuls sur terre, seuls au fond de nous-même ? Mais non, Il est là, Lui, dans le secret de notre coeur. Et si on bâtissait la civilisation de l'amour ? Un regard vers lui suffit : laissons-nous aimer par le Coeur de Jésus ... il enflammera notre coeur.

"Le don de la vie est donnée par ce Coeur" (Mgr Lustiger)

"Ce n’est qu’à travers le mystère du Coeur blessé du Christ que celui qui aspire au bonheur authentique et durable peut en trouver le secret " (Jean-Paul II)

Martine de L.

Commenter cet article