Amis du Jardinier de Dieu

Bonne fête de Pâques !

Publié le 27 Mars 2016 par Père Olivier de Framond in 2016_framond

J’ai demandé à un petit frère trappiste malgache ce qu’était Pâques pour lui. Par texto il a répondu : « ce et Celui qui m’a manqué depuis toujours, il est là, il est vivant ». Le Christ pascal révèle le Manque véritable. Et c’est en l’accueillant, en l’éprouvant, en le nommant, comme ces femmes, comme les disciples, comme Pierre, qu’émerge Celui que je cherchais. Il me laisse désemparé, désorienté, je Le cherchais où Il n’est pas. « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Ne fallait-il pas qu’Il soit livré, qu’Il soit crucifié et qu’Il ressuscite ? » Il leur avait déjà dit, comme à nous et nous ne l’avons jamais compris. Pâques se comprend en le vivant, en l’éprouvant. J’ai à ouvrir mes aromates, mon cri, mes sentiments – les femmes précèdent les hommes, là, qui souvent restent sur la reculade ! – Pâques invite à ne pas avoir peur de nous-mêmes.

Il faudra passer par des désemparements, des désorientations, pour seulement nous tourner vers Celui que nous cherchons depuis toujours, et l’accueillir, le reconnaître. Qui sait, notre corps, physique, social, ecclésial, prendra vie, au milieu de tous les manques qui l’agitent. Pâques est l’apprentissage du Deuil. Il est vivant, Il est là, Il est descendu en tous nos deuils. Le deuil chemine quand nous voici centrés vers l’Essentiel : connaître Jésus-Christ, crucifié, et que le Père a ressuscité ! Merci Marie-Madeleine, merci les disciples, merci Pierre, pour tout ce qu’Il vous a donné d’éprouver et que vous avez accueilli. « Il » n’est pas ici, Il est ressuscité. Sortons. Accueillons. Il nous fera retourner vers ses frères.

Père Olivier de Framond
image http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2013/03/geralt.jpg

Commenter cet article